Les belles rencontres, le bon remède à la morosité !

« Même si ces rendez-vous ne se transforment pas tous – évidemment – en relation amoureuse, Ils sont souvent l’aboutissement d’une envie de s’ouvrir, de sortir de son cercle d’amis, de bousculer ses habitudes ».

Sophie Cadalen, psychanalyste, consultante pour Meetic

Bonne nouvelle !
En Europe, 9 célibataires sur 10 se disent ouverts à faire des rencontres ! Et, avec 80% des célibataires interrogés approuvant cette idée dans l’Hexagone, la France n’est pas non plus en reste !
Ce premier constat optimiste rejoint le résultat d’une autre question abordée par le Love-Geist, étude européenne annuelle de référence sur les célibataires et la rencontre, menée par Meetic & TNS Sofres : pour la majorité des célibataires interrogés, les rendez-vous restent de bons souvenirs et certains d’entre eux gardent même le contact avec ceux et celles qu’ils ont rencontrés… Preuve que si l’alchimie amoureuse ne fonctionne pas à chaque fois, la place de l’amitié est loin d’être négligeable…

Des rendez-vous qui laissent une empreinte positive
Une soirée agréable, une discussion volubile… Est-ce parce que l’on veut plaire et donc que l’on essaie de se montrer sous son meilleur jour, que les rendez-vous amoureux, les « dates »*, laissent une trace positive même si cela n’a pas abouti en belle histoire d’amour ? Chacun aura certainement son explication personnelle, mais ce constat réunit largement les célibataires européens interrogés :
En moyenne, 85% des singles gardent de bons souvenirs de leurs rendez-vous :
• Au podium des meilleurs souvenirs, les singles latins, avec l’Italie (88%) et l’Espagne (91%) qui prennent les devants,
• En queue de peloton, les célibataires allemands (79% seulement)… Le résultat attendu – la belle rencontre – n’étant pas atteint, peut-être ressentent-ils cette contreperformance comme une déception ?

Et en France, comment réagissent les célibataires ?
• Avec un résultat de 86%, les Français sont dans la moyenne européenne et gardent une image positive de leurs « dates » passés.
• Chose remarquable également : ce point de vue est partagé par les Français et les Françaises et réunit toutes les générations d’adultes interrogés. Seuls les 18-24 ans partagent légèrement moins ce point de vue…

Pour Sophie Cadalen cela s’explique simplement : « Il y a, au départ, appréhension à rencontrer un(e) inconnu, et soulagement dans la plupart des cas à l’issue du rendezvous : ce n’est pas si difficile, on n’est pas si gauche, l’autre est sympathique et la démarche en est dédramatisée. Certains « ratés » deviennent même des souvenirs amusants ! »
La seule différence vraiment notable se voit à l’échelle géographique du pays : s’il y a une région où les célibataires gardent le plus de bons souvenirs de leurs rendez-vous passés, c’est le Nord-Est avec 90% de suffrages, quand l’Ouest & le Sud-Est sont en queue de peloton avec tout de même 84%.

Et si on gardait le contact ?
Pour 70% des célibataires européens, il est déjà arrivé de rester en contact avec les personnes rencontrées lors d’un premier rendez-vous.
Dans l’Hexagone, les 2/3 des célibataires gardent également un lien avec leur « dates » passés :
• Parmi ceux-ci, pour 48% des personnes interrogées, ils ou elles deviennent ensuite des connaissances.
• Parmi les autres choix possibles, 17% des Français interrogés confient avoir trouvé leur « meilleur(e) ami(e) » ou même leur « sex-friend » (16%).

• Enfin, si dans toutes les régions les Français réagissent de façon quasi-similaire, les différences se lisent surtout entre générations :
         – Les 18-34 ans (62% pour les 18-25 ans et 56% pour les 25-34 ans) gardent plus facilement de lien avec les personnes rencontrées – celles-ci devenant avant tout des « connaissances » ;
          – Au contraire, les plus de 35 ans (36% des 35-49 ans et 40% des 50-65 ans) préfèrent ne pas aller plus loin et couper les ponts.

Comme l’explique Sophie Cadalen, « Que les plus jeunes gardent davantage le contact va dans le sens de leur envie d’échanges sans attente trop précise à la clé. Après 34 ans les objectifs sont plus définis, et la crainte de s’éparpiller plus grande. »

En France hommes et femmes ne sont pas toujours sur la même longueur d’ondes…
S’ils « s’entendent » pour voir leurs rendez-vous passés comme de bons moments, les Français et les Françaises se divisent quand il est question de garder un lien régulier avec la personne qu’ils ont rencontrée !
• Ainsi, pour 20% des hommes, il est arrivé que leur ancien « date » devienne leur meilleure amie ou leur sex-friend (20%).
• Pour la gente féminine il en va tout autrement : seulement 13% de leurs anciens rendez-vous deviennent leurs meilleurs amis et 14% leur « homme-câlin » d’occasion…
Elles sont même 37% à ne garder aucun contact avec la personne rencontrée lors d’un rendez-vous passé (quand le suffrage masculin est à peine de 31%)…

Les femmes seraient-elles plus en « attente de résultats concrets » de ces rendez-vous et donc plus promptes à couper tout contact si cela ne marche pas ?

Pour Sophie Cadalen, « Cette différence de comportement entre hommes et femmes n’est pas si étonnante. Elle souligne cependant que la démarche est souvent, encore, moins légère chez les femmes, plus volontaire les hommes, eux, s’autorisent davantage de flou et de curiosité. »

En France, seulement 4% des personnes rencontrées lors de « dates » deviennent des contacts professionnels !
Glossaire :
Date : mot anglais signifiant soit le rendez-vous amoureux, soit la personne rencontrée lors de ce rendez-vous.
A propos de Meetic : Créé en 2001, Meetic est le pionnier et la référence de la rencontre amoureuse en France et en Europe. La marque propose aux célibataires les meilleurs services pour se rencontrer et seul Meetic peut se prévaloir de près d’un million de couples créés grâce à ses services. Aujourd’hui, la marque Meetic, qui est représentée en Europe dans 16 pays et 13 langues, fait partie du groupe américain IAC/InterActiveCorp, un des principaux leaders mondiaux du marché de l’internet. 
Pour plus d’infos, rendez-vous sur www.Meetic.fr.

A propos du Panorama Européen de la Rencontre Amoureuse : Etude menée en ligne par TNS Sofres pour Meetic du 29 octobre au 23 novembre 2012, auprès de 10 561 célibataires européens âgés de 18 à 65 ans.
Plus de 1 500 célibataires interrogés par pays : France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Suède et Norvège. Par célibataire, nous entendons toutes les personnes non engagées dans une relation sérieuse et durable, indépendamment de leur statut marital. Données pondérées afin de refléter la composition de la population française des célibataires en termes de genre et d’âge.

Contact presse : Agence FHCOM

Nous suivre

Contact



Veuillez laisser ce champ vide.


Formats autorisés: jpg, png, pdf, gif - poids < 5Mo


x En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. Pour en savoir plus