Pas d’histoire sans Tech…

Aujourd’hui, les outils de communication se diversifient et prennent une place toujours plus importante dans notre quotidien. On contacte ses amis via les réseaux sociaux et les messageries instantanées, on consulte et on envoie ses e-mails depuis son smartphone, on lit les journaux et on fait ses courses en ligne… Ce n’est donc pas un hasard si un célibataire européen sur deux a déjà utilisé Internet pour faire connaissance avec d’éventuel(le)s prétendant(e)s. D’ailleurs, ce type d’outil joue son rôle à tous les stades de la rencontre : avant le premier rendez-vous, pour en savoir plus sur l’élu(e) de son coeur, mais aussi après, pour garder le contact. Et cela se vérifie partout en Europe, quels que soient l’âge et le sexe ! C’est ce que met en lumière le Panorama Européen de la Rencontre Amoureuse, étude cofiée par Meetic à TNS Sofres et menée à travers 7 pays. Bref, tous connectés ! 

Le bonheur est dans le clic !
De plus en plus de célibataires voient dans Internet un vrai tremplin pour booster leur vie sentimentale. De toute évidence, il s’agit d’un mode de communication vraiment pratique et rapide, sans oublier que cela ouvre considérablement le champ des possibles, avant de sauter le pas.
En effet qu’ils soient Européen ou Français, 50% d’entre eux ont déjà utilisé Internet pour faire connaissance, avant d’envisager d’aller plus loin…

Si les célibataires Allemands et Hollandais (58% et 53%) apprécient particulièrement ce moyen de rencontre, les Espagnols et les Italiens (44% et 39%) s’y prêtent toutefois un peu moins. Par ailleurs, les hommes seraient plus accros à leur « souris » que les femmes (51% contre 46%), lorsqu’il s’agit de faire de belles rencontres. 

J’écris ton nom… dans un moteur de recherche !
Après avoir fait connaissance, vient l’heure du premier rendez-vous : un moment de vérité, qui engendre souvent beaucoup de questions… Pour se sentir en confiance ou par simple curiosité, beaucoup de célibataires disent avoir l’habitude de faire des recherches sur leur prétendant(e) en amont d’un premier rendez-vous, notamment via Google et les réseaux sociaux.
C’est le cas de plus de la moitié des célibataires en Europe (51%), alors qu’ils sont nettement moins nombreux à déclarer ne jamais le faire (25%), même si c’est un peu moins vrai pour les Français, car même s’ils considèrent Internet comme un véritable allié de leur vie sentimentale, ils arrivent en fait au dernier rang parmi les Européens (44%). 

Moins enclins à mener l’enquête sur leur potentiel(le) partenaire, ils aiment apparemment cultiver le mystère et se laisser surprendre.
En tête de classement de ces investigateurs virtuels, on trouve les Italiens et les Norvégiens à égalité (63%). Sur ce terrain, à l’échelle européenne, les femmes sembleraient plus actives que les hommes (54% contre 47%). Et, sans surprise, les plus jeunes (63%), grands adeptes des réseaux sociaux, s’y adonnent à coeur joie ! 

Après un premier rendez-vous, on s’appelle ?
Une fois le premier rendez-vous passé, comment les célibataires préfèrent-ils reprendre contact avec leur prétendant(e) ? Dans un premier temps, optent-ils pour l’envoi d’un SMS, un e-mail ou un message instantané pour ne pas trop s’engager ? Appellent-ils pour être plus directs ? Echangent-ils via les réseaux sociaux ? Ou, tout simplement, se revoientils « en vrai » ?! 

Aux yeux d’une écrasante majorité des célibataires européens (89%), il est évident de passer par l’un des nombreux modes de communication, dont nous disposons aujourd’hui. Très bien, mais lequel ? Principalement, le SMS, l’e-mail et la messagerie instantanée pour 43% des célibataires européens et 52% de leurs homologues français. Etonnamment, les réseaux sociaux, tels que Facebook ou Twitter, arrivent à la dernière place. Parallèlement, ils apprécient aussi de se parler de vive voix par téléphone, notamment parmi les 50-65 ans (57%).

D’ailleurs, les femmes préfèrent envoyer un message (50%) via sms, e-mail ou messagerie instantanée, plutôt qu’appeler (39%) après un premier rendez-vous, contrairement aux hommes, qui aiment entendre la voix de leur prétendante. Faut-il en déduire qu’elles veulent garder le contrôle de la situation ou plutôt qu’elles se plaisent à être courtisées ?

J’envoie ou je n’envoie pas ?
C’est la question que de nombreuses femmes célibataires européennes se posent avant d’envoyer un texto à une personne avec qui elles ont eu un premier rendez-vous galant.
Et, d’après leurs confidences, elles seraient quasiment deux fois plus nombreuses que leurs homologues masculins à solliciter l’avis d’un ami.
Petit guide des célibataires européens
pour prendre contact après un premier rendez-vous

A propos de Meetic : Créé en 2001, Meetic est le pionnier et la référence de la rencontre amoureuse en France et en Europe. La marque propose aux célibataires les meilleurs services pour se rencontrer et seul Meetic peut se prévaloir de près d’un million de couples créés grâce à ses services. Aujourd’hui, la marque Meetic, qui est représentée en Europe dans 16 pays et 13 langues, fait partie du groupe américain IAC/InterActiveCorp, un des principaux leaders mondiaux du marché de l’internet. 
Pour plus d’infos, rendez-vous sur www.Meetic.fr.

A propos du Panorama Européen de la Rencontre Amoureuse : Etude menée en ligne par TNS Sofres pour Meetic du 29 octobre au 23 novembre 2012, auprès de 10 561 célibataires européens âgés de 18 à 65 ans.
Plus de 1 500 célibataires interrogés par pays : France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Suède et Norvège. Par célibataire, nous entendons toutes les personnes non engagées dans une relation sérieuse et durable, indépendamment de leur statut marital. Données pondérées afin de refléter la composition de la population française des célibataires en termes de genre et d’âge.

Contact presse : Agence FHCOM

Nous suivre

Contact



Veuillez laisser ce champ vide.


Formats autorisés: jpg, png, pdf, gif - poids < 5Mo


x En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. Pour en savoir plus