POUR 1 FRANÇAIS SUR 3, ASSUMER SES IMPERFECTIONS CA A DU CHIEN !

Quelles sont les plus grandes imperfections des Français ? Sont-elles toujours tabous ? Autant de questions que le service de rencontres Meetic dévoile aujourd’hui avec sa dernière étude réalisée par YouGov*, pour mieux comprendre la relation des Français avec leurs défauts.

Insatisfaits de leur ventre, de leurs poignées d’amour, trop sensibles, anxieux… Les Français le savent : ils ne sont pas parfaits !
Personne n’est parfait et les Français en sont conscients ! Mais quand on les interroge sur leurs défauts physiques, près de 7 Français sur 10 (67%) déclarent ne pas aimer un ou plusieurs éléments de leur silhouette avec en tête le ventre (39%) suivi des poignées d’amour (31%).
Et quand il s’agit d’imperfections, les femmes sont systématiquement plus sévères avec elles-mêmes. En effet, près de la moitié d’entre elles (48%) n’aiment pas leur ventre (vs. 29% des hommes), plus d’un tiers (36%) n’aiment pas leurs poignées d’amour (comparé à 25% des hommes), et 29% n’apprécient pas leurs cuisses, comparé à seulement 4% des hommes.
Egalement, une Française sur deux se considère trop sensible (53%) et anxieuse (48%) contre respectivement 29% et 32% des hommes.

Les imperfections plaisent mais les Français les cachent !
Au quotidien, plus de la moitié des Français déclarent cacher leurs défauts physiques et de caractère (53%), proportion qui atteint 72% chez les femmes interrogées !
Et quand il s’agit de séduction, la tendance est encore plus forte ! 56% des Français cachent leurs petits défauts lors d’un événement ou de soirée où ils peuvent faire de rencontres. Une proportion qui atteint 60% chez les célibataires lorsqu’ils se rendent à un 1er rendez-vous (40% des hommes et 75% des femmes).

Mais qui aime dévoiler ses imperfections ?
Pourtant, 56% des Français interrogés reconnaissent qu’ils n’ont pas besoin d’avoir l’air d’être parfait pour plaire. D’ailleurs, près d’un tiers (32%) d’entre eux va plus loin, et estime qu’assumer ses imperfections ajoute au charme d’une personne !
Dans ce sens, une majorité de Français (57%) estime qu’assumer ce que l’on est, est signe de confiance en soi, de naturel (37%) et d’authenticité (28%). Des traits de caractère qui se reflètent dans les hashtags choisis par les Français s’ils devaient décrire leurs imperfections : #Natural et #Jassume arrivent en tête (15%), suivi de #Notperfect (14%) et #Authentique (13%).

Réseaux sociaux : les Français (encore) sous leur meilleur jour !
S’il y a une certaine acceptation des imperfections dans la vie de tous les jours, sur les réseaux sociaux, le diktats de la perfection est toujours bien présent. En effet, seuls 24% des Français reconnaissent avoir sur les réseaux sociaux des photos mettant en scène leurs défauts, dont seulement 14% disent les assumer. Les hommes semblent encore une fois plus décontractés à ce sujet et assument plus facilement les photos moins flatteuses (21% contre 9% des femmes).
D’ailleurs, près d’un tiers des 25-34 ans (30%) interrogés déclarent changer de photo de profil pour se montrer sous un meilleur jour si une possibilité de rendez-vous amoureux se profilait !

* Sondage YouGov réalisé par internet du 8 au 9 décembre 2015, auprès d’un échantillon de 1016 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus.

L’ÉCLAIRAGE DE LA PSYCHOLOGUE CAMILLE ROCHET
« IL NE FAUT PAS AVOIR PEUR DE NOS IMPERFECTIONS. SANS ELLES, NOUS NE SERIONS PAS DÉSIRABLES ! »

Quand il s’agit d’imperfections, les Françaises sont bien plus sévères avec elles-mêmes, comment expliquez-vous cette représentation d’elle-même ?
Les femmes doivent aujourd’hui répondre à des critères de perfection imposés par la société tant sur le plan physique, qu’intellectuel ou encore social ou familial. La majorité d’entres elles souffrent de ce schéma de la superwoman et sont victimes de cette pression sociale : il faut être une bonne mère de famille, avoir un bon travail, prendre du temps pour soi, être au top pour son conjoint. Or, c’est un défi qui est bien trop exigeant, je dirai même presque perdu d’avance… Pourquoi ? Parce que les femmes ne sont pas parfaites, elles ont aussi leurs faiblesses et heureusement sinon les hommes n’auraient plus de place dans la société. Pourtant, c’est un schéma qui est encore très présent dans notre société et il est aujourd’hui difficile pour beaucoup de femmes d’accepter leurs faiblesses et de reconnaître qu’elles ne peuvent être cette superwoman. D’où cette sévérité envers elles-mêmes : si je ne m’aime pas telle que je suis, comment accepter que quelqu’un puisse m’aimer ainsi ?

Pourquoi les Français camouflent encore plus leurs défauts quand il s’agit de rencontres ?
Le terme même de défaut est négatif, là où l’imperfection peut être positive. Séduire vient du latin seducere qui signifie « détourner pour amener vers soi ». Naturellement, nous savons que nous sommes attirés par ce qui nous apporte quelque chose, par ce qui nous complète. Spontanément, l’autre cherchera à trouver en nous des atouts qu’il ou qu’elle n’a pas forcément. La petite différence qui fera de moi un être unique à ses yeux. Nous sommes prêts à nous dépasser pour nous montrer sous notre meilleur jour et donner à l’autre l’envie de nous connaître davantage. Or, si nous considérons nos défauts comme quelque chose qui répugne, nous aurons alors tendance à les cacher pour nous rendre plus désirable. De plus, nous touchons plus à notre intime en montrant nos défauts que nos qualités, car il est bien plus difficile de montrer la partie de moi que j’aime le moins, cela nécessite du temps, pour qu’une certaine confiance soit instaurée.

Qu’est-ce qu’il se joue lors d’un premier rendez-vous ?
Lors d’un premier rendez-vous, nous attendons bien évidemment que le physique opère en premier. Mais en réalité, c’est surtout le charme qui jouera un rôle important et qui donnera plus ou moins d’importance aux imperfections physiques. Et ce charme ne se voit pas sur les photos ! Il est donc essentiel d’arriver au premier rendez-vous en essayant de s’abstraire au maximum de toutes les informations que j’ai pu lire sur internet. En effet, le danger est d’arriver avec une idée toute faite de ce qu’est la personne et de ne faire que comparer cette personne
réelle à cette image trop souvent idéalisée. Le premier rendez-vous met en scène la captation : je cherche à ne prendre de l’autre que ce qui répond à ce dont j’ai envie ou besoin. Je ne suis pas encore dans une dimension de don ; c’est-à-dire que je ne suis pas encore prêt(e) à faire des efforts pour accepter les défauts qui me sont plus difficiles à vivre.

Comment expliquez-vous que les imperfections peuvent être de véritables atouts charme ?
Ce qui peut être une imperfection, peut-être un vrai atout pour l’autre. C’est rassurant et gratifiant de voir que l’on peut apporter quelque chose à l’autre. Il est essentiel d’avoir des imperfections si l’on veut ressentir le besoin et l’envie d’aller vers les autres. Je vais donc chercher chez l’autre ce qui va pouvoir me compléter et me faire grandir. C’est à ce moment là que l’imperfection devient un atout charme car, en laissant percevoir mes faiblesses, je laisse la possibilité de découvrir ma vraie valeur. Comment séduire un homme ou une femme parfait(e) qui n’aurait alors besoin de personne ? Qu’est-ce que je pourrais bien lui apporter ? Nous avons besoin de sentir ce petit manque en l’autre pour nous rassurer sur nos propres faiblesses et nous donner ce désir de le/la faire grandir, de le/la rendre heureux(se). Il ne faut donc pas avoir peur de nos imperfections, sans elles, nous ne serions pas désirables ! Nous serions tous pareils si nous étions tous parfaits. Cela n’aurait pas de saveur et serait lassant. Nous ne pourrions pas être l’unique aux yeux de quelqu’un car il n’y aurait pas de différence. C’est en assumant nos différences que nous arrivons à nous estimer tel que nous sommes réellement et à donner envie à l’autre de me découvrir.

Pourquoi les réseaux sociaux sont pour les Français un « miroir de perfection » ?
Les réseaux sociaux mettent en avant la personne sociale : c’est-à-dire que je montre l’image de moi que j’accepte de dévoiler publiquement. C’est souvent, bien évidemment, une image idéalisée (photos bien étudiées, traits de caractère qui me mettent en valeur…). Nous avons besoin de cette image sociale car le regard que les autres portent sur nous participe à la construction de l’estime de soi. Je vais donc rechercher un regard positif en dévoilant le bon côté de ma personne. Simplement, rester uniquement focalisé sur ce mode de reconnaissance, ne suffit pas. D’ailleurs, une nouvelle tendance émerge sur les réseaux sociaux qui montrent l’envers du décor de certaines prises de vue. C’est une belle avancée car assumer ses imperfections représente un accès à une vraie estime de soi. J’aime en moi cette partie que j’estime moins valorisante et j’accepte d’être aimé(e) tel que je suis pleinement. L’estime de soi c’est s’aimer avec notre ambivalence, le noir et le blanc qui est en moi. Accepter d’être gris et que le gris puisse plaire à quelqu’un d’autre. Cette nouvelle tendance est donc formidable car elle rend plus libre et permet d’avoir accès plus rapidement à des contacts sociaux vrais et intimes.

 

#LoveYourImperfections, LA NOUVELLE CAMPAGNE DE MEETIC
La nouvelle campagne européenne de Meetic #LoveYourImperfections dévoile encore un peu plus les imperfections. En effet, la marque a décidé de prendre un pari osé : renverser les codes un peu truqués de la séduction, casser l’idéal de perfection que chacun tente d’incarner car pour Meetic, ce sont justement les imperfections et l’authenticité qui font le charme !

Téléchargements

Nous suivre

Contact



Veuillez laisser ce champ vide.


Formats autorisés: jpg, png, pdf, gif - poids < 5Mo


x En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience, vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d’intérêt. Pour en savoir plus